Recherche en cours
Veuillez patienter
Article

ZIREM, Youcef


Les années grenobloises de l'enfant d'Akfadou


Titre du périodique ou du site internet : Le Matin.DZ
Sous titre : Le journal des débats et des idées redactionlematindz@gmailcom
Date : 22 novembre
Date : 22 novembre
Année : 2015
Commentaires : Les années grenobloises de l'enfant d'Akfadou C’est cette parole de Nelson Mandela qui ouvre ce deuxième tome de la trilogie d’Idir Tas : “Après avoir gravi une haute colline, on se rend seulement compte qu’il y a encore beaucoup de collines à gravir”. Effectivement durant tout ce parcours, admirablement raconté par une plume talentueuse et sincère, le lecteur ne se lasse pas de suivre les pérégrinations d’un narrateur sensible et passionné par la vie, la science, les arts… Dans le premier tome intitulé, Le Murmure du figuier bleu, il était question de l’enfance à Alger et en Kabylie et du déracinement vécu après un déménagement à Constantine. Dans ce deuxième tome qui paraît aux éditions du Net, c’est principalement à Grenoble que l’histoire se déroule entre 1983 et 1989. Idir Tas se souvient très bien de ce fameux premier départ. “Mon bagage n’était pas lourd. Il ne contenait que l’essentiel : des vêtements de rechange, une trousse de toilette, des stylos et un bloc-notes, des cassettes d’Idir, d’Ait-Menguellet”, raconte-t-il. Idir Tas garde en mémoire tous les gestes de son père qui conduit la 504 familiale en direction de l’aéroport. À Grenoble, une nouvelle vie commence. “Le soleil était déjà couché lorsque je m’éloignai de la gare de Grenoble tout en me demandant où j’allais passer la nuit”, écrit l’auteur. Des questions, le narrateur s’en posera beaucoup durant ces six années d’études réussies, d’aventures, de découvertes, de solitude et puis d’amour. Des années de vie et de recherches bien remplies qui vont forger le destin, la pensée et l’humanisme d’un scientifique.